Articles

 

 

Ce site couvre deux sujets connexes. Le coût global et l’analyse de risque. D’une part les estimations prévisionnelles de coûts ne peuvent s’affranchir de l’aléa et donc ignorer l’incertitude et les risques, et d’autre part l’occurrence d’évènements imprévus (les risques) a très fréquemment un impact en terme de coût.

Un autre aspect qui rapproche ces sujets est qu’ils procèdent tous les deux d’une analyse de système qui ne se limite pas à une approche qualitative mais repose en grande partie sur une analyse quantitative. A partir d’observations et d’hypothèses argumentées, ces analyses permettent de développer des modèles qui représentent au mieux le comportement des systèmes étudiés (Cf. Graphique de la page d’accueil).

Cette page a pour objet de présenter des articles qui ne sont pas nécessairement  ni directement liés au coût global et à l’analyse de risque, mais qui portent sur l’analyse quantitative de données.

 


1.          Mortalité due au Covid

Publié le 1er janvier 2021

L’actualité est évidemment dominée par la crise sanitaire due au COVID. Au-delà du risque sur la santé de la population, l’épidémie a et aura un impact important sur l’économie du pays.

Le 24 novembre 2020, le nombre de décès en France s’élevait à 50 237. L’article présenté ci-dessous porte sur une analyse de la mortalité due au COVID.

Résumé

La mortalité due au COVID est fonction de deux facteurs : l’âge et la comorbidité, ce dernier facteur étant peu mentionné, voire ignoré, dans les médias. L’objectif de cette analyse est de mettre en évidence un modèle (une fonction, une loi) qui décrive la mortalité due au Covid en fonction des deux facteurs, puis d’utiliser ce modèle pour représenter et ordonner les différentes classes d’individus concernés.

En classant les groupes d’individus par proportion croissante de décès, les résultats obtenus donnent une image de la mortalité liée au COVID plus proche de la réalité que celle qui est généralement présentée et qui s’appuie essentiellement, voire uniquement, sur l’âge.

Au-delà de ces résultats, et en considérant les données disponibles dans les documents de référence, le papier s’interroge sur la façon dont les services compétents abordent le recueil, la gestion et le traitement de l’information.

Pour télécharger l’article, cliquer sur le lien ci-dessous.

210101-Mortalite-COVID

L’étude présentée dans cet article a été réalisée avec des données arrêtées le 24 novembre 2020. Le fichier a été mis en ligne le 01/01/2021. La date indiquée dans le lien correspond à « Année sur 2 caractères/Mois/Jour ». Une mise à jour de l’article est disponible ci-dessous.

————————————————————————

Mise à jour du 27/01/2021

L’étude initiale a été réalisée avec des données arrêtées le 24 novembre 2020. Cette mise à jour est réalisée avec des données arrêtées le 19 janvier 2021, date à laquelle le nombre de décès en France s’élevait à 71 342 . Le présent document remplace celui du 01/01/21. Il confirme et précise les résultats présentés dans l’article précédent.

Résumé

La mortalité due au COVID est fonction de deux facteurs : l’âge et la comorbidité liée à des pathologies diverses telles que les problèmes cardiaques, l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité, etc. , ce dernier facteur étant peu mentionné, voire ignoré, dans les médias. A noter que 65% des décès concernent des personnes présentant au moins une comorbidité.

L’objectif de cette étude est de mettre en évidence un modèle (une fonction) qui décrive la mortalité due au Covid en fonction des deux facteurs, puis d’utiliser ce modèle pour représenter et comparer les différentes classes d’individus concernés. Cette étude a été réalisée à partir de données extraites du « point épidémiologique hebdomadaire » du 21 janvier 2021 de « Santé publique France ».

Les résultats de l’étude sont résumés dans le graphique ci-dessous dans lequel chaque classe d’âge est représentée en abscisse par sa borne supérieure. Par exemple la classe d’âge « 74-85 » est représentée par l’âge 85 ans. Le graphique affiche 2 courbes :

Les deux courbes du graphique représentent en ordonnée le nombre de décès dans chaque classe d’âge. La courbe du dessus (en bleu) concerne les personnes présentant au moins une comorbidité et celle du bas (en orange), celles qui n’en présentent pas. Par exemple pour la classe d’âge ’65-74″, le nombre de décès avec comorbidité (resp. sans) est égal à 2984 (resp. 1274).

En comparant les deux courbes, on constate que dans chaque classe d’âge, le nombre de décès avec comorbidité (bleu) est peu différent du nombre de décès sans comorbidité (orange) de la classe suivante (= même ordonnée). Présenter une comorbidité est donc équivalent à monter d’une classe d’âge. L’âge n’est donc pas un paramètre suffisant pour décrire la mortalité.

La mortalité est bien une fonction à 2 variables, l’âge et la comorbidité (représentée ici par « avec » ou « sans »). L’impact de cette deuxième variable (65%) est trop important pour ne pas la mentionner et la traiter avec autant d’attention que l’âge.

Au-delà de ces résultats, et en considérant les données disponibles dans les documents de référence, cette étude s’interroge sur la façon dont les services compétents abordent le recueil, la gestion et le traitement de l’information.

 

Pour télécharger l’article, cliquer sur le lien ci-dessous.

210214-Mortalite-COVID